UNE DÉLÉGATION DE L’INTERSYNDICALE « EHPAD » REÇUE À L’ÉLYSÉE LE 4 AVRIL

Jeudi 28 mars, Dominique LIBAULT, président du Haut Conseil du financement de la protection sociale, a remis à la ministre de la santé son rapport « grand âge autonomie », de 224 pages.

Ce rapport formule pas moins de 175 propositions (dont 153 « sont neutres pour les finances publiques »), pour prévenir et prendre en charge la dépendance et favoriser l’autonomie et le maintien à domicile, en vue du doublement du nombre de personnes dépendantes d’ici à 2050.

Rappelons qu’une délégation de la Fédération et du CH-FO avait rencontré la mission LIBAULT le 3 décembre 2018, en insistant sur les revendications salariales et l’impérieuse nécessité de renforcer les effectifs, sur la base du plan solidarité grand âge (PSGA).

Le rapport appelle une réforme ambitieuse de la politique du grand âge en matière de financement, d’accompagnement et de prise en charge. Les enjeux sont importants et, dans un contexte d’escalade de contre-réformes (retraites, code du travail, statuts, fonction publique, enseignement, santé et hôpital,…) pour FO cela nécessite de défendre la sécurité sociale, au sein de laquelle doit être couvert la dépendance et la prise en charge de l’autonomie.

Nous reviendrons plus en détail sur les différents objectifs et propositions du rapport qui pourraient être repris dans le futur projet de loi annoncé pour l’automne prochain en conseil des ministres.

Dans l’immédiat, nos syndicats et les salariés des EHPAD du secteur public et du secteur privé veulent savoir si leurs revendications, mises en avant lors des mobilisations et des grèves du 30 janvier et du 15 mars 2018, ont été prises en considération.

Le rapport Libault, énonce comme priorité numéro n°1 d’ « d’investir dans l’attractivité des métiers du grand âge » par « la revalorisation des métiers à travers un plan national ».

Lors de sa présentation l’accent a été mis sur « l’augmentation de 25% du taux d’encadrement en Ehpad d’ici à 2024, par rapport à 2015 », le but étant « d’améliorer la qualité de prise en charge et de vie au travail en établissement » ». Cette mesure est chiffrée à « 80.000 postes supplémentaires en proximité de la personne âgée », pour une dépense supplémentaire de 1,2 milliard d’euros ».

C’est un premier pas, à mettre au compte de notre détermination, mais ce n’est pas encore la revendication, de « un pour un », d’autant que ces annonces fixe la date butoir à 2024.

Quant aux revalorisations salariales, le rapport propose « d’avancer vers des hausses de rémunération ciblées pour les métiers du grand âge, en particulier à domicile » et « d’engager un chantier de mise à jour et de convergence des conventions collectives ». Là encore, pour FO il ne s’agit pas de remettre en cause les Statuts et les Conventions Collectives Nationales, mais d’obtenir l’augmentation générale des salaires et des grilles.

La ministre de la santé a conclu la présentation du rapport en évoquant la mise en place de mesures ayant « un impact dès 2019 » concernant « l’attractivité des métiers du grand âge», en nommant une personne chargée de proposer un grand plan en faveur de ces métiers.

Le 4 avril, à 10 heures, une délégation de l’intersyndicale EHPAD sera reçue à L’Elysée.


FO rappellera que c’est maintenant que les salariés et les personnels des EHPAD et du domicile veulent la satisfaction de leurs revendications !

 

Le secrétariat fédéral le 29/03/19