RÉFORME DES RETRAITES : TOUS PERDANTS, CONCLUT UN COLLECTIF D’EXPERTS

Des experts anonymes ont comparé la situation avant-après réforme, en calculant les effets sur deux générations parents-enfants. Ils dénoncent les simulations «biaisées» du gouvernement.

Les retraités de demain risquent-ils d’y perdre par rapport au système actuel? C’est la crainte de nombreux Français. Et la question au cœur de la concertation qui s’ouvre à partir de ce jeudi entre l’exécutif et les partenaires sociaux : quel sera le niveau de revenu de remplacement, c’est-à-dire le montant de la pension de retraite, dans le nouveau régime universel à points?

Miracle ou presque, il n’y aurait pratiquement que des gagnants. C’est ce qui ressort des « 9 cas types » fournis par le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, dans son rapport remis le 18 juillet. Syndicats et experts ont immédiatement protesté que ces neuf simulations, sorte de mini-panel de la société française, n’éclairaient pas suffisamment la question. Loin de là.

Selon nos révélations du 25 juillet, un collectif « reformesdesretraites.fr » composé d’économistes, d’experts et de fonctionnaires a décortiqué les 9 cas types. Et a dénoncé « une entourloupe » dans les calculs : des « comparaisons truquées » selon eux, car les simulations ont été effectuées sur une base de 44,3 ans de durée de cotisations et non de 43 ans en vigueur dans le système actuel.

Calcul des effets sur deux générations

Le même collectif a décidé de pousser plus loin ses investigations et jette un nouveau pavé dans la mare. Reprenant trois cas types utilisés par les services du Haut-commissaire, cette fois ils comparent la situation « avant-après » réforme, en calculant les effets sur deux générations (parents à la retraite en 2025 et enfants au moment de leur retraite) à carrière identique.

« On s’est appuyé exclusivement sur trois cas types issus des données du Conseil d’orientation des retraites. Les quatre autres cas type ne sont pas sourcés, explique un des membres du collectif. Dans notre méthodologie, nous avons comparé la situation projetée dans le cadre de la réforme prévue par le gouvernement – selon les hypothèses appliquées par Jean-Paul Delevoye dans ses cas types — avec la situation actuelle des retraités ».

Réforme des retraites : tous perdants, conclut un collectif d’experts

Résultat : dans les trois cas, tout le monde sort perdant. « Alors que la retraite de Marie – appelons-la ainsi – permettra de maintenir son niveau de vie, celle de sa fille Maryam sera synonyme de déclassement. Ou alors elle devra travailler jusqu’à 67 ans et demi pour avoir le niveau de pension de sa mère Marie à 64 ans », affirme le collectif tirant à vue sur la future réforme qui va, selon eux, « entraîner une baisse considérable des taux de remplacement par rapport à aujourd’hui ». Ce serait du jamais-vu. Même les réformes Balladur, Fillon, Touraine, disent-ils, n’ont pas eu un tel effet.

Contactés, les services du Haut-commissaire à la réforme des retraites n’avaient pas à l’heure de notre publication donné suite. Le collectif a de son côté interpellé le gouvernement pour qu’il rende public l’ensemble des simulations afin de faire la transparence sur la réforme à venir. « C’est une demande que Force Ouvrière fait depuis longtemps. D’autant plus nécessaire depuis la polémique de cet été », insiste son secrétaire général Yves Veyrier.

Le 4 septembre 2019 à 19h59, modifié le 5 septembre 2019 à 06h12
LEPARISIEN.FR