APPEL À LA GRÈVE A COMPTER DU 5 DÉCEMBRE 2019

La Fédération Force Ouvrière des personnels des Services Publics et des Services de Santé appelle l’ensemble de ses structures, Régionales, départementales et locales, à organiser la grève à compter du 5 décembre 2019.

Au-delà, elle demande à tous les agents, titulaires ou contractuels de suivre les appels à la grève nationaux et locaux lancés pour le 5 décembre et les jours qui suivront. Le projet du gouvernement, dont le haut-commissaire, prétend qu’il va permettre d’assurer la sécurité en matière de retraites, n’est pas acceptable. Avec la mise en place d’un régime unique, c’est la disparition programmée de la CNRACL pour les titulaires, mais aussi de la CNAV et de l’IRCANTEC pour les contractuels.

Ce régime va également faire disparaître les catégories actives et insalubres : quid des personnels infirmiers qui en 2010 ont accepté une modération salariale en contrepartie du maintien de la catégorie active ? Ils devront, avec cette réforme, travailler au minimum 5 années de plus. Comment les égoutiers pourront-ils travailler jusqu’à 62 voire 64 ans ?

Le rendement annoncé pour le régime unique, 5,5 %, implique que chaque agent ne pourra « récupérer sa mise » qu’après 19 ans de retraite. Combien parmi les agents territoriaux, hospitaliers, sont assurés de vivre 20 ans après leur départ en retraite, surtout si celui-ci est repoussé à 64 ans, âge pivot du rapport Delevoye ?

D’ailleurs, la valeur du point en retraite ne sera connue que lors du départ de l’agent. Seule la valeur d’achat du point tout au long de la carrière sera connue. C’est ce qu’on appelle un régime à cotisations définies qui ne donne aucune garantie sur la future pension ou retraite.

Beaucoup de fonctionnaires et d’agents risquent de ne percevoir que le minimum contributif, fixé à 1.000 euros, qui avec l’inflation, n’en vaudront plus que 6 ou 700 d’ici 15 à 20 ans.

La confédération Force Ouvrière ne dit pas que rien ne doit changer et que les systèmes actuels ne peuvent pas être améliorés, en particulier pour nos collègues féminines, mais le système envisagé par le gouvernement ne va pas dans le sens d’une amélioration des droits, au contraire. En effet, outre les éléments (non-exhaustifs) évoqués dans notre appel, le fait de limiter le montant global des retraites à 14 % du PIB revient à créer une enveloppe fermée qui lie les droits des salariés et fonctionnaires à l’évolution de l’économie et non aux besoins des retraité(e)s.

C’est pourquoi, notre fédération considère que le gouvernement doit retirer son projet et que, comme il n’entend que la force, seule une mobilisation d’ampleur, une grève forte et reconductible pendant plusieurs jours, pourra le faire céder.

Il nous appartient, fonctionnaires ou contractuels des collectivités territoriales et des établissements de santé, aux côtés des salariés du secteur privé, de nous mobiliser par la grève et le blocage de nos lieux de travail. Cette grève, nous la ferons pour nous, mais aussi pour les générations à venir auxquelles il nous appartient de garantir et améliorer les droits à une retraite de qualité.

Le secrétariat fédéral

Fait à Paris, le 18 novembre 2019

Cliquer sur le tract ci-dessous pour le télécharger