LOIRE : « LE PLUS BEAU DES CADEAUX QU’ON PUISSE FAIRE À NOS ENFANTS, C’EST UNE BONNE RETRAITE »

À deux jours de Noël, un nouveau rassemblement contre la réforme des retraites s’est déroulé lundi 23 décembre, à 10 h 30, devant la gare de Châteaucreux, à Saint-Étienne. Ils étaient environ 200.

Juste après leur assemblée générale matinale, les membres de la CGT arrivent au compte-gouttes devant Chateaucreux. Un rassemblement intersyndical contre la réforme des retraites était annoncé à 10 h 30, devant la gare. Rapidement, ils sont environ 200 à se retrouver à l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, sans toutefois perturber le trafic.

La grève sera reconduite jusqu’au 26 décembre. « Il n’y aura pas de trêve de Noël », martèle Stéphane Colin, secrétaire adjoint du syndicat des cheminots CGT. Et si les rangs sont moins étoffés qu’il y a quelques semaines, lors des précédentes manifestations , c’est uniquement « parce qu’il y a eu des départs en congés ».

« On est convaincus de notre cause »

Pas de trêve, cela signifie que la grève continuera les 24 et 25 décembre. « Au bout du vingtième jour, que ce soit Noël ou pas, c’est toujours difficile. Mais cette réforme est néfaste et surtout, il faut apprendre à négocier que ce soit dans le gouvernement ou au niveau patronal », confie le cheminot.

Même discours du côté de Céline Saint-Joanis, cheminote syndiquée à Force ouvrière. « Forcément après vingt jours de grève, cela a un impact monstrueux sur le salaire donc tout le monde a des doutes. Mais on pense que la cause est sociétale, que tout le système est mis en péril. On est convaincus de notre cause », indique celle qui travaille depuis 20 ans à la SNCF.

Pour les enseignants, également présents, le soutien aux cheminots est essentiel, même durant la période des vacances scolaires. « On poursuit le mouvement maintenant, mais on poursuivra aussi après les vacances. Le plus beau cadeau de Noël que l’on puisse faire à nos enfants, c’est de leur offrir une bonne retraite plutôt qu’une retraite à point », soutient Valérie Attif, enseignante à Saint-Étienne.

23 décembre 2019
leprogres.fr