SUSPENSION DU JOUR DE CARENCE DES CONGÉS POUR RAISON DE SANTÉ COVID-19 : LE DÉCRET EST PARU !

Le décret n° 2021-15 du 8 janvier 2021 est relatif à la suspension du jour de carence au titre des congés de maladie directement en lien avec la covid-19 accordés aux agents publics et à certains salariés. Il s’applique aux agents publics et aux salariés mentionnés au I de l’article 115 de la loi du 30 décembre 2017. L’agent public ou le salarié qui a effectué un test positif de détection du SARS-CoV-2 par RT-PCR ou par détection antigénique inscrit à la nomenclature des actes de biologie médicale est placé en congé de maladie sans application des dispositions du I de l’article 115 de la loi du 30 décembre 2017 susvisée, sous réserve d’avoir transmis à son employeur l’arrêt de travail dérogatoire établi par l’assurance maladie en application de la procédure définie à l’article 3 du décret du 8 janvier 2021 susvisé. Le décret n° 2021-15 du 8 janvier 2021 s’applique jusqu’au 31 mars 2021 inclus (pas d’effet rétroactif au 1er janvier 2021).
L’éclairage de www.naudrh.com :
Les agents publics et salariés pourront bénéficier d’un arrêt de travail automatique sur le site de la Sécurité Sociale en cas de symptômes ou s’ils sont cas contact, sauf s’ils sont en télétravail.
Le but de cette mesure est double: éviter l’engorgement des cabinets de médecins, mais aussi isoler plus rapidement des personnes susceptibles d’être porteuses du virus. Il n’y a plus besoin de prendre rendez-vous chez son médecin, il suffira de se déclarer en ligne (Declare.amali.fr ou Declare.masa.fr). Un arrêt de travail de sept jours sera délivré automatiquement. Le malade doit d’engager à réaliser un test antigénique ou RT-PCR dans les deux jours suivants.
Afin d’inciter au maximum les personnes présentant des symptômes à rester isolées à leur domicile, elles pourront bénéficier d’indemnité journalières et du complément employeur sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, lorsqu’elles sont testées positives ou dés lors qu’elles sont symptomatiques, dans l’attente du résultat de leur test.
Un agent de l’Assurance maladie accompagnera le malade par téléphone tout au long de sa convalescence. L’Assurance maladie procédera à un suivi systématique avec deux à trois appels au cours de la période. A partir du 20 janvier, une visite par un infirmer sera proposée.
Attention ce dispositif simplifié n’est pas proposé à tout le monde. Il y a une condition: que les salariés ne soient pas en mesure de continuer à travailler depuis leur domicile. Ceux qui peuvent effectuer leurs tâches chez eux ou ceux qui sont actuellement en télétravail ne sont donc pas concernés. Il faudra pour eux continuer de passer par la case du médecin généraliste, comme c’était le cas auparavant.