TICKETS RESTAURANT, GAZ, TABAC, TÉLÉTRAVAIL … : CE QUI CHANGE AU 1er SEPTEMBRE 2021

Le mois de septembre se profile, avec lui la rentrée bien évidemment, mais aussi quelques changements dans votre quotidien et votre porte-monnaie.

Qui dit septembre, dit rentrée, mais aussi quelques changements. À commencer par l’extension, à compter du 30 août, du pass sanitaire aux employés des lieux recevant du public et où ce même sésame est exigé. Ces derniers devront ainsi le présenter à leur employeur s’ils exercent « aux horaires d’ouverture du public ».

Ce n’est pas la seule nouveauté : d’autres modifications, en lien ou non avec l’épidémie de Covid-19, entreront en vigueur à partir de ce mercredi ou au cours du mois.

Hausse importante des prix réglementés du gaz

Au 1er septembre, les tarifs réglementés hors taxe d’Engie bondissent de 8,7% HT, soit 7,9% TTC par rapport au mois précédent, a annoncé la CRE (Commission de régulation de l’énergie) vendredi. Cette hausse « inédite » est de 2,7 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 5,5 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 9,0 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Pour rappel, les tarifs réglementés de vente de gaz, qui concernent environ 3 millions de foyers, disparaîtront le 1er juillet 2023.

Légère baisse des tarifs du tabac

En revanche, certains prix du tabac sont en baisse à partir du 1er septembre. Quelques marques diminuent le paquet de 20 cigarettes de 10 centimes : le Lucky Strike bleu et rouge ainsi que le Gauloises Blonde bleu et le News Rouge passent tous de 10 à 9,90 euros. Le paquet de Lucky Strike ice passe quant à lui de 9,90 à 9,80 euros et celui de Rothmans, tant bleu que rouge, de 10,10 à 10 euros.

D’autres baissent même de 20 centimes, à l’instar des Camel Filtre et Essential qui seront désormais vendues 10 euros pile au lieu de 10,20 précédemment.

La fin de la prise en charge des frais de transport vers un centre de vaccination

Jusqu’au 1er septembre, les frais de transport vers un centre de vaccination contre le Covid-19 sont intégralement pris en charge pour les personnes qui ne peuvent se déplacer seules. Pour en bénéficier, celles-ci doivent obtenir une ordonnance pour ce transport auprès de leur médecin traitant et se rendre dans le centre de vaccination le plus proche. Les frais de ce déplacement sont alors pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.

Mise en place dès février 2020, cette mesure avait été prolongée par un décret paru au Journal officiel le 17 juin 2021 et prend donc fin mercredi. Les frais seront ensuite à avancer.

Encore deux semaines avant la vaccination obligatoire pour certaines professions

En revanche, pour la vaccination obligatoire, les professionnels concernés ont jusqu’au 15 septembre. Sont concernés :

  • tous les personnels (y compris administratifs) des établissements de santé, des établissements médico-sociaux et des établissements sociaux rattachés à un établissement de santé ;
  • les aides à domicile intervenant auprès des personnes touchant l’APA ou la PCH, dans le cadre de services à domicile ou en tant que salariés des particuliers employeurs ;
  • les personnels des entreprises de transport sanitaire (y compris taxis conventionnés) ;
  • toutes professions du livre IV du Code de la santé publique, conventionnées ou non, et professions à usage de titres, ainsi que leurs salariés ;
  • tous les étudiants en santé ;
  • les pompiers (professionnels et volontaires) des services d’incendie et de secours ;
  • les personnels des services de santé au travail.

Selon une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) du 17 août 2021, les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public seraient aussi concernés par l’obligation vaccinale.

Quant aux policiers, « le premier flic de France », Gérald Darmanin, leur a posé un ultimatum : si le taux de vaccination chez les policiers au contact du public n’atteint pas les 90%, il menace de recourir à l’obligation vaccinale.

Pour toutes ces professions, une tolérance sera appliquée jusqu’au 15 octobre « lorsque le salarié a justifié d’une première dose de vaccin, il pourra continuer à exercer son activité à condition de présenter le résultat négatif d’un test virologique ».

Afin de faciliter la vaccination, les salariés et les agents publics bénéficient d’une autorisation d’absence pour se rendre aux rendez-vous vaccinaux. Leur employeur pourra aussi leur accorder une autorisation pour accompagner leurs enfants mineurs à la vaccination.

Ne sont pas soumis à l’obligation vaccinale :

 

• les personnes justifiant d’une contre-indication à la vaccination ;
• les salariés des entreprises extérieures intervenant ponctuellement dans ces lieux, c’est-à-dire de manière non récurrente pour des tâches de très courte durée (ces intervenants ponctuels devront cependant présenter un pass sanitaire à compter du 30 août).

L’entrée en vigueur de l’accord de télétravail pour les fonctionnaires

Conclu en juillet, le premier accord relatif à la mise en œuvre du télétravail dans la fonction publique entre en vigueur le 1er septembre. Ledit accord prévoit notamment une indemnisation forfaitaire des frais à hauteur de 220 euros annuels maximum. Objectif : compenser certaines dépenses engendrées par le télétravail (Internet, électricité, chauffage, etc.).

Cette indemnité sera plus précisément de 2,5 euros par jour de télétravail, sans seuil de déclenchement, et son versement se fera selon un rythme trimestriel. Elle devrait être versée dès le premier trimestre 2022. Ce premier versement concernera justement « les journées de télétravail effectuées entre le 1er septembre et le 31 décembre 2021 ».

Par L.L.
28 août 2021
leprogres.fr