Faut-il supprimer l’incitation financière pour les agents à temps partiel à 80 % et 90 % ?

La réponse du Gouvernement

https://img.over-blog-kiwi.com/1/48/42/34/20161120/ob_122b51_tempspartiel.jpg

Les fonctionnaires peuvent, sur leur demande et sous réserve des nécessités de la continuité et du fonctionnement du service et compte tenu des possibilités d’aménagement de l’organisation du travail, être autorisés à accomplir un service à temps partiel, qui ne peut être inférieur au mi-temps. Leur rémunération correspond alors à une fraction du traitement, de l’indemnité de résidence et des primes et indemnités. Elle est calculée au prorata de la durée effective de service lorsque la quotité est de 50 %, 60 % ou 70 %. Toutefois, dans le cas de services représentant 80 ou 90 % du temps plein, cette fraction est égale respectivement aux six septièmes ou aux trente-deux trente-cinquièmes du traitement, des primes et indemnités.

La garde d’enfants étant la principale motivation de la réduction d’activité, 51 % des agents à temps partiel exercent à 80 % (enquêtes Emploi 2010, 2011 et 2012 compilées, institut national de la statistique et des études économiques). Or, ce sont majoritairement les femmes qui travaillent à temps partiel : dans la fonction publique de l’Etat, 17 % des femmes fonctionnaires sont à temps partiel contre 3,5 % chez les hommes fonctionnaires, dans la fonction publique territoriale, 30 % des femmes fonctionnaires contre 6,5 % chez les hommes fonctionnaires et dans la fonction publique hospitalière, 25 % des femmes fonctionnaires contre 6 % chez les hommes fonctionnaires (rapport annuel sur l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, 2015, page 199).

Ainsi, la suppression de la surrémunération au profit de ces quotités irait à l’encontre des actions volontaristes conduites par le Gouvernement pour la promotion de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes. En effet, la surrémunération du temps partiel contribue à réduire l’écart de salaire moyen dans la fonction publique entre les hommes et les femmes, évalué en moyenne à 12 % (selon la publication « Etudes et résultats » du défenseur des droits, commandée par la direction générale de l’administration et de la fonction publique suite au protocole d’accord du 8 mars 2013 relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique et publiée en mars 2015).

Question n° 87605 – Assemblée nationale